23/03/2006

PASSE-MOI le SEL, tu VEUX ?

Peut-on cuisiner en déconnant

et réciproquement ?

Au risque de passer pour un pisse-vinaigre à trouer le lino, je répondrais :

Oui et non.

Non.

Ce que je répondrai en fait, c’est :

Non et oui.

Ca tient déjà plus chaud au ventre

Non, d’abord :

Faut faire gaffe : Sans être le lieu de tous les dangers cher à TF1 ( à savoir LA VIE, ça va être GRAVE, mon vieux ! ), une cuisine est tout de même un endroit ou l’on trouve ni pêle ni mêle à moins d’être un putain de bordel de souillon : des couteaux qui coupent , des liquides qui brûlent, des cocottes qui cassent les pieds, des machins qui glissent vicieusement, d’autre qui giclent comme des éjaculateurs précoces devant une photo de Sharon Stone ou Nick Sarkozy suivant affinités, du chaud, du froid, du dur, du tendre, du chiant et du rigolo, la vie, kiki, quoi …

Sans compter que la bouffe commence, on y reviendra,  par une maraude : Au marché, au super, chez l’épicemard, en musette, dans sa TETE même, à la recherche du Bistroque ou de la table délicate qui accueillera nos humeurs apéritives du jour …

C’est pas sérieux, non, le mot serait vache ( maigre ) mais pour bien se lâcher, comme sur une scène, faut préparer.

Bien préparer. Au petit poil.

Peut-on néanmoins cuisiner en déconnant.

Yes. Oui. Oh ! Oui mon lapin … je sens que ça vient …

C’est joyeux la bouffe. C’est furieusement déconnant si l’on sait y regarder les yeux dans les yeux du bouillon, ne pas reculer devant une pointe de n’importe quoi, ne pas se prendre le chou pour le farcir, simplifier ici, complexifié là, s’éclater partout. Le premier qui dit « partouze » prend la marmite dans le groin et la porte.

« Simplifiez-vous la vie » etc.

Faut pas écouter les enculés mondains du marketing même si je préfère ne pas citer de nom pour ne pas faire un tord inutile à Buitoni.

Faut pas se simplifier la vie, qui, par nature, n’est pas simple, Toto. C’est juste que t’es assez con ou fatigué ou les deux pour essayer d’y croire parce que y’a des fois, tu comprends pas tout bien les subtilités de l’affaire.

Te casse pas, moi non plus. Viens donc manger. Je t’expliquerais

17:36 Écrit par Ma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.